Accueil

        Le 3 octobre 2004, lorsque le Bienheureux Jean-Paul II béatifia l'Empereur Charles I d'Autriche, le souverain des parents du Pape grâce auquel il portait le prénom de  Karol (Charles en polonais), il annonça comme date de la mémoire du nouveau bienheureux celle de son mariage avec la princesse Zita de Bourbon-Parme, le 21 octobre (1911).

      Ce n’est pas l’usage le plus courant puisque généralement on fête la mémoire du nouveau bienheureux le jour de sa naissance au ciel (dies natalis). Seul les époux italiens les bienheureux Luigi et Maria Beltrame-Quattocchi (25 novembre, mais justement béatifiés un 21 octobre, en 2001!) ainsi que les parents de Ste. Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, les bienheureux Louis et Zélie Martin (12 juillet) sont dans ce cas de figure, ce qui est évidemment un encouragement à travailler à l’ouverture de la cause de béatification de la servante de Dieu Zita, d'autant plus que lors de son mariage, Charles avait dit à Zita : « Maintenant, nous devons nous entraider mutuellement pour aller au ciel ».

        L’Église voulant promouvoir la famille a besoin de pouvoir donner des modèles de vie conjugale chrétienne aux époux de notre époque. De plus, outre la promotion des époux chrétiens, le pape cherche à promouvoir les laïcs engagés à la recherche du bien commun, notamment en politique[1]. En France, on notera l’introduction de procès de béatification pour les serviteurs de Dieu Robert Schuman ou Edmond Michelet. On attend et espère pour la Belgique celle du Roi Baudouin. 


[1] cf. la référence à St. Thomas More dans le n°1 de la note doctrinale sur l'engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique du 24 novembre 2002, signée par celui qui était alors le cardinal Ratzinger.

 



 

| Čeština | Deutsch | English | Español | Français | Hrvatski | Italiano | Magyar | Polski | Português | Slovenčina |